Essai Renault Talisman : les atouts d'une grande

Talisman : le losange dévoile son haut de gamme

--- Le ---

Avec sa Talisman, Renault compte bien proposer une berline grand public, capable également de capter une clientèle adepte des marques premium.

Essai Renault Talisman : les atouts d'une grande
© AD / Stéphane Foulon (Renault) ©
Alain Daldem

Passionné d'automobile (entre autres) | []

Laguna et Latitude, voilà ce que n'est pas la nouvelle Renault. Avec Talisman, la marque veut faire table rase du passé, et de ces deux modèles qui n'ont pas (toujours) marqué leurs époques respectives. La nouvelle berline part ainsi d'une feuille blanche, que ce soit pour son châssis ou son design.

Feuille blanche n'est cependant pas synonyme de saut dans l'inconnu. En effet, le dessin est une des dernières évolutions du style instauré par Laurens Van den Acker depuis la Clio, et la plate-forme répondant au doux nom de CMF (pour Common Module Family) équipe déjà l'Espace et sera présente sur la prochaine Mégane. De plus, la technologie 4Control est pour sa part issue de ce que l'on connaissait déjà sur la fameuse Laguna Coupé.

Les traditions à l'honneur

La version 3 portes disparaît cependant du catalogue, le nombre de vente étant anecdotique sur ce secteur. Sans compter que, dans quelques mois, Alpine sera là pour parler sport. En attendant, la marque se recentre sur les fondamentaux du secteur des routières : confort, luxe, et discrétion. Des critères qui, auprès du grand public, se conjuguent uniquement en mode berline et break.

Pour satisfaire cette clientèle, Renault dit au revoir au traditionnel hayon et adopte un coffre au format malle. C'est un choix très répandu chez la concurrence germanique, et qui trouve de nombreux adeptes dans bien des pays. Il faut reconnaitre que les designers de Renault s'en sortent haut la main avec cette nouveauté, l'arrière de la Talisman étant très réussi. On apprécie ses épaules bombées et courbes, et la chute de son pavillon lui offre un look rappelant l'esprit des coupés. Sur la malle, ses feux étendus longeant toute sa longueur donnent un aspect plus trapu et complète l'allure sportive. L'avant est très différent en étant plus massif et statutaire. En cela, la Renault rappelle la Citroën DS5 dont la calandre est plus torturée que l'arrière.

Nid douillet

A bord, on retrouve le système R-Link 2 associé à un écran tactile de 7" ou 8,7" selon les versions. Au fil du temps et des modèles, celui-ci s'intègre de mieux en mieux dans le dessin général de la planche de bord. Celle-ci fait ici appel à des lignes horizontales tendues, créant une sensation visuelle d'espace. De plus, la qualité de fabrication est d'un très bon niveau, et fait oublier les dernières créations de la marque comme le Captur, où les assemblages étaient bons, mais les matériaux d'un autre âge.

Non, on est bien à bord de cette Talisman : la place à l'avant permet d'être à son aise, avec une distance confortable entre conducteur et passager. Ce dernier pourra se reposer sur l'accoudoir central sans gêner le pilote. A l'arrière, l'espace est également confortable. Il faudra dépasser les 1m85 pour toucher des genoux ou de la tête.

Le véhicule fait également fort sur le domaine du confort et la tenue de route, avec le système Multi-Sense et le châssis 4Control. Disons-le immédiatement, il faut aller sur les versions haut de gamme pour avoir ces deux équipements, qui ne sont en série que sur la luxueuse finition Initiale Paris. Sinon, il faudra jouer avec les options. Mais puisque cette Renault a de belles ambitions, autant s'arrêter sur ces déclinaisons.


La face arrière de la Renault Talisman est très réussie

Plus docile que sportive

La gamme est dominée par le moteur essence Energy TCe 200 avec boite EDC. Bien que l'on puisse trouver des moteurs plus vigoureux chez la concurrence, les 200cv sont agréables sur ce grand véhicule au poids maitrisé de 1430kg. Mais surtout, ce moteur est parfaitement épaulé par la boite double embrayage EDC qui répond au doigt et à l'œil, sans à-coup, et avec un temps de latence extrêmement réduit. Celle-ci sait tenir la comparaison avec la DSG de Volkswagen. En pratique, on se retrouve donc au volant d'une auto très souple et performante, faisant ici un 0 à 100 en 7,6s. Sans être sportive, la Talisman sait effacer toute sensation de conduire une grosse berline.

L'essai a eu lieu sur des routes italiennes dont le revêtement n'est pas toujours d'un entretien irréprochable. C'est justement un bon terrain pour rouler, plus ou moins volontairement, dans les petits trous de la chaussée. L'auto absorbe bien ces chocs, avec une certaine souplesse. On garde un toucher de route "à la française" que d'autres marques sacrifient sur l'autel des suspensions fermes, actuellement à la mode. De plus, avec le Multi-Sense et l'option de suspensions pilotées, on peut personnaliser son mode de conduite en jouant sur la réponse de l'accélérateur ou la rigueur de l'amortissement. De quoi toujours trouver chaussure à son pied, sans perdre en qualités dynamiques.

Car c'est là le gros point fort de cette Talisman grâce au 4Control. Le nom peut laisser croire à une transmission 4 roues motrices, il n'en est pourtant rien. Pour simplifier, il s'agit d'un système permettant aux roues arrière de braquer ou de contre-braquer légèrement par rapport au sens des roues avant, et cela selon la vitesse. Ainsi à faible allure, les roues sur l'essieu arrière prennent la direction opposée à celles de l'essieu avant, permettant de tourner plus court en ville par exemple. A allure plus soutenue, toutes les roues s'orientent de la même façon. On se retrouve alors comme sur "des rails" avec une auto agile, et au comportement routier de haut niveau. On y gagne autant en confort qu'en sécurité.


Essai de la nouvelle Renault Talisman

Digne de son rang

Alors, pétrie de qualités la Talisman ? Oui, car les défauts sont durs à trouver. Il y a de petits riens comme ce bouton de coffre sans allure, la disposition des haut-parleurs à l'arrière, de rares ébavurages perfectibles, une intégration de la caméra de recul grossière... Rien de rédhibitoire cependant, Renault a plutôt bien travaillé sur les détails, permettant à la qualité perçue d'être en nette hausse.

Le plus gros défaut de la Talisman vient en fait des technologies embarquées en retard sur la concurrence. On trouve certes le freinage actif d'urgence, un détecteur d'angle mort, un régulateur adaptatif, un avertisseur de franchissement de ligne, un lecteur de panneau, ou le stationnement mains libres. Mais d'autres marques vont plus loin, avec par exemple une conduite semi-autonome en cas de somnolence, une vue aérienne lors des manœuvres, ou des phares s'adaptant à la circulation de façon plus aboutie... La Renault Talisman est dans la bonne moyenne, mais n'innove pas spécialement sur ce secteur alliant confort et sécurité.

Pour les grands rouleurs, cette Talisman est emballante, et a de quoi détourner des marques germaniques à la réputation établie, mais au look plus conventionnel. La voiture ne devrait pas connaître les déconvenues techniques de sa devancière, en utilisant des éléments éprouvés. Si la Talisman n'est pas sans défaut, elle n'en a désormais pas plus que ses concurrentes directes. Renault a peut-être enfin trouvé son joyau.

Prix indicatifs :
- Gamme à partir de 27900€ en finition Life.
- Finition Zen à partir de 29900€
- Finition Intens à partir de 32900€
- Finition Initiale Paris à partir de 38700€
- Talisman Initiale Paris TCe 200 EDC à partir de 41020€
- Pack 4Control en option à 1700€ sur finition Intens

Découvrez la Galerie Photo

Avez-vous déjà partagé cet article ?
     Partager sur Facebook Twitter Google+
Thèmes connexes : essai auto-moto renault
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS

also read