Essai auto : que vaut l'Audi TT nouvelle génération ?

Au volant de l'Audi TT Roadster III, 2l tfsi 230 ch

--- Le ---

Présentée au printemps 2015, la troisième génération d'Audi TT Roadster semble vouloir afficher un style plus agressif. Nous avons voulu le vérifier...

Essai auto : que vaut l'Audi TT nouvelle génération ?
© Perrine Ch. ©
Perrine

Rédactrice auto

L’Audi TT a su faire chavirer bien des cœurs avec sa bouille sympathiquement rondouillarde. Eternellement attirant, le roadster génération III qui s’offre à nous semble vouloir nous défier : un rouge tango bien assumé, le regard affûté presque agressif, l’Allemande au look plutôt musclé largement nourri par la finition "S line" a, en quelques années, clairement changé. Collé à la route grâce à de larges pneumatiques aux jantes de 19 pouces (option facturée 1275€), on retrouve juste quelques rondeurs sur l’arrière du véhicule, ainsi que cet identitaire pot d’échappement propre à la lignée TT.

C’est avec curiosité et sans hâte qu’il faut se glisser à l’intérieur de l’habitacle : entre passion et  performances, on se demande alors si Audi a su conserver l’âme de son modèle.


Un habitacle très accueillant

N'attendons pas pour ouvrir la lourde et large portière qui permet aisément au conducteur de se glisser dans de jolis sièges en cuir sport gris anthracite. Une option de choix facturée 3065 € mais qui a l’avantage de vous procurer une assise basse, ferme, confortable avec un parfait maintient et qui, grâce à un chauffage de nuque intégré, évitera aux plus sensibles quelques torticolis quand le toit est ouvert !

Accueillant, l’habitacle est scruté du regard. L’intérieur épuré du véhicule est tout simplement en adéquation avec les lignes extérieures. Les mélanges de cuir, d’aluminium, de technologie et d’innovations en font un lieu de plaisir, nous faisant presque oublier qu’à cet instant précis on se trouve dans une voiture… et non dans un avion !

La similitude est telle, qu’en plus d’une trappe a essence façon "aviation", le constructeur a choisi de faire migrer un Virtual Cockpit 3D de 12 pouces sous les yeux du conducteur, tout droit, face à lui, juste derrière le volant. Alors, tant pis pour les passagers curieux qui se plaisent à ausculter les cartes du GPS durant les trajets. Maintenant, ce sera avec les ronds diffuseurs d’air à réglage central que ces derniers pourront se divertir : une nouveauté plutôt sympathique d’ailleurs !

Pour le reste, tout est bien pensé, bien léché, mais c’est sans grande surprise pour la marque aux anneaux !
La boite S-Tronic et le joystick central aux formes ludiques sont extrêmement bien placés. Entièrement connectés via l’option Audi Connect, l’utilisation de tous ces éléments reste intuitive : de quoi instaurer un véritable dialogue entre la sportive et son conducteur.


Habitacle de l'Audi TT Roadster

Un roadster qui en a sous le capot

Comme cette Audi TT accueille plutôt bien ses invités, on ressent très vite le besoin d’écouter la mélodie du 2l TFSI caché sous un long capot à l’aérodynamique bien étudiée.

D’une vive pression de l’index, le moteur de 230ch démarre. Un bruit grave et rond s’en échappe, déclenchant quasi instantanément un sourire sur les lèvres du conducteur.

Aussitôt, carte 3D, compteurs et compte-tours s’affichent. Histoire d’essayer au mieux ce roadster, on se doit malgré tout d’actionner l’ouverture du toit… même par 10 degrés! Mais comme tout est toujours très bien pensé, un efficace filet anti-remous permet au TT de préserver ses hôtes dans une bulle de chaleur confortable.
Cheveux au vent, c’est parti pour un Tourism Trophy revisité sur de petites routes de France !

Il faudra admettre que ce genre de véhicule vous rend quelque peu narcissique, et c’est parce que vous vous regardez dans le reflet des autres voitures que vous adorez ces nouveaux yeux finition Matrix Led (2590€). Couplé au GPS, un système de faisceaux capable de s’adapter entièrement à l’environnement se révèle être une véritable innovation en matière de sécurité.

Au fur et à mesure que la circulation devient fluide, inconsciemment, le rythme de conduite s’intensifie. Particulièrement à l’aise, le conducteur ressent rapidement le besoin de se mesurer à la bête.

A chaque type de route son Drive Select et ce bolide en propose quatre. Entre les modes Efficiency, Comfort, Dynamic et Auto, il faudra choisir. Clairement, avec ce type de véhicule, on préférera sans aucun doute l’avant-dernier, grâce auquel l’échappement chante librement. Les rapports se passent plus haut que sur les autres modes mais il est toujours grisant d’entendre à 6500 tr/mn le bruit du rupteur depuis l’habitacle.


Essai de l'Audi TT Roadster

Une sportive un peu trop parfaite

En place sur un terrain de jeu adéquat, il faut profiter d’une vraie ligne droite pour simplement "mettre le pied dedans" et voir comment ce TT réagit. Aussitôt un "Boooop" plutôt sourd se fait entendre et, malgré un petit creux à bas régime, c’est à 1600 tr/mn que les quatre cylindres s’affolent : fond de première. Rupteur. Seconde. 0 à 100 km/h en 5,3 secondes... Bref, les rapports s’enchainent ainsi de suite sans la moindre rupture de charge ! La boite à double embrayage remplit extrêmement bien sa tâche. On se sent bien. On se fait plaisir. Les sensations vont crescendo, tout va très vite et déjà la première courbe approche...

Sans ralentir, le bolide entre et sort aussi sans broncher de cette dernière : presque pas rigolo ! Il faut enchaîner quelques kilomètres pour trouver le virage parfait, celui qui vous fait prendre conscience que vous êtes en train de jouer avec ce TT.

Reprise d’accélération. Fin de ligne droite. Gros coup de frein, l’avant du véhicule rentre en courbe avec une précision incroyable et, sans ménagement, reprise violente de l’accélération. Tout suit, rien ne bouge... Et c’est dommage ! Rigide, le châssis est réussi et le différentiel signé Haldex fait bien son travail. De toute évidence, très bien étudié, le comportement routier de la voiture est irréprochable mais prévisible pour ce Quattro.

Voilà donc une sportive un peu trop parfaite, capable de frustrer plus d’un conducteur avide de pilotage ! Il faut alors réitérer l’expérience pour en avoir le cœur net : l'Audi TT Roadster en transmission intégrale ne fait qu’un avec son conducteur. Sans trahison aucune, cette voiture se montre d’une franche efficacité. Rigolote, on prend tout simplement du plaisir à bord parce que l’on s’y sent bien. Cependant, on aurait pu attendre de cette jolie automobile d’être davantage joueuse.

La version essayée est présentée à un tarif de 53 300 euros sans compter un malus écologique de 1600 euros. Alors, pour ceux qui espéraient faire partir le véhicule en courbe, sans hésitation, choisissez la sœur jumelle de la gamme mais avec 310 ch sous le capot cette fois... en attendant très prochainement une Audi TT RS, évidemment !

Découvrez la Galerie Photo

Avez-vous déjà partagé cet article ?
     Partager sur Facebook Twitter Google+
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS