Les régimes ne font pas maigrir

Mais alors, comment faire pour perdre du poids ?

--- Le ---

Avant chaque été, tout le monde parle de régime et veut perdre du poids. Les hommes comme les femmes. Et si on vous disait que cela ne sert à rien ?

Les régimes ne font pas maigrir
© iStockphoto ©
Erwann Menthéour

Un coaching innovant pour une santé durable | []

Il y a près d’un an maintenant que sont parus les premiers résultats de l’étude épidémiologique NutriNet-Santé lancée en 2009. Ceux ci laissaient apparaître que si certains régimes pouvaient effectivement être efficaces à court terme, ils étaient généralement voués à l’échec à plus long terme.

Un an plus tard, conjointement à l’arrivée des beaux jours et à moins de trois mois de l’été, ces fameux régimes ressurgissent pourtant de plus belle ! Pourquoi un tel succès… et pourquoi conduisent ils à l’échec ?

Les régimes ne fonctionnent pas

Résumer l’alimentation à son aspect calorique est trop réducteur. C’est faire fi des différents rôles que peuvent jouer les nutriments, par exemple au niveau hormonal ou structurel. Les protéines, glucides et lipides ne sont pas que de simples fournisseurs d’énergie, mais il faut bien avouer que maigrir implique tout de même d’avoir des apports inférieurs à ses dépenses !

Pour ce faire, on peut jouer sur deux paramètres : les entrées et les sorties.  La majorité des régimes insistent plus particulièrement sur les premières en diminuant les apports caloriques, souvent grâce une majoration de la part des protéines, à l’action coupe faim avérée, et à une diminution de celle des glucides et des lipides. Evidemment, cette méthode permet d’obtenir très rapidement d’excellents résultats puisque l’organisme va devoir « taper » dans ses stocks de sucres puis de graisses s’il veut continuer à assurer son bon fonctionnement.

Mais ce qui est l’une des principales qualités de l’Homme, lui ayant permis de survivre à de nombreuses vagues de famine et autres changements environnementaux, devient ici un défaut pour l’Homme moderne en quête d’esthétique. Il s’agit de sa formidable capacité d’adaptation, celle qui va lui permettre de rétablir un équilibre bouleversé par la mise en place d’un régime hypocalorique. Le « thermostat » corporel va ainsi réagir en diminuant les dépenses énergétiques de toutes les fonctions vitales : il va alors tourner au ralenti. L’équilibre sera donc à nouveau effectif mais à des valeurs inférieures.

Le moindre écart ne pardonne pas

Conséquences : après une perte de poids parfois spectaculaire une phase de stagnation va s’installer, entrainant le risque d’une nouvelle diminution des apports pour la contrecarrer. Et c’est une spirale vicieuse qui s’installe, augmentant d’autant le risque de rebond !

En effet, placer volontairement le corps dans cette situation durant une longue période revient à lui faire croire qu’il subit une véritable famine… et le moindre écart va donc être mis en réserve ! C’est ce qui explique l’échec à long terme des régimes draconiens comme le régime hyperprotéiné. Il faudrait en réalité le suivre à vie, en courant le risque de subir les effets dramatiquement néfastes d’une telle diète acidifiante.

Comment maigrir ? En augmentant les dépenses énergétiques !

La solution se trouve justement dans l’adoption de bonnes habitudes aux effets durables! Et pour qu’ils soient durables, ils doivent respecter certains principes de base qui régissent notre mode de vie depuis des millénaires, à une époque où l’obésité et le surpoids étaient totalement absents… à l’inverse de l’activité physique qui était elle bien présente !

C’est donc du côté des dépenses énergétiques qu’il faut également se tourner, une fois la mise en place d’une alimentation saine et raisonnée effectuée.
Notre mode de vie s’étant considérablement sédentarisé, c’est le sport qui va nous permettre de dépenser plus d’énergie. Et il peut y parvenir de deux manières : durant l’activité en elle-même, mais aussi dans les heures et jours qui suivent.

De la dépense énergétique à long terme 

Le « cardio » pratiqué à allure modérée entraine une augmentation de la consommation énergétique, principalement grâce aux lipides. Cependant, ses effets cessent pratiquement dès la fin de l’activité, son intensité n’étant pas suffisante pour provoquer des bouleversements nécessitant de gros efforts de récupération.

A l’inverse, les efforts produisant une grande quantité d’adrénaline comme les sprints, les sauts et la musculation ne provoquent pas nécessairement une grande dépense énergétique au moment de la séance. En revanche, ces exercices vont entrainer un boost hormonal ainsi que des micro-lésions qui auront besoin d’être réparées (c’est le principe de la prise de muscle). Ces phénomènes vont entrainer une hausse de la dépense énergétique sur plusieurs heures, voire plusieurs jours !

De plus, à plus long terme, la production de testostérone et d’hormone de croissance due aux importants efforts musculaires va à la fois contribuer à augmenter l’utilisation des graisses (tout en diminuant son stockage), et favoriser la synthèse des protéines et donc la création de muscles… Et qui dit plus de muscles dit hausse du métabolisme de base puisque c’est dans les muscles que se déroule la majorité des réactions énergétiques !
Autrement dit : quand on a plus de muscles, on consomme plus d’énergie au repos, y compris la nuit.

Pour résumer, s’il est évident qu’il est nécessaire d’appliquer certains principes alimentaires, il apparait également indispensable d’y ajouter de l’activité physique : cette combinaison est en effet la seule qui garantisse des résultats réellement durables !
 



Erwann MentheourEt pour aller plus loin ...

Auteur de cet article, Erwann Menthéour est aussi un ancien cycliste professionnel, créateur de la méthode de coaching en ligne Fitnext.

Vous pouvez suivre ses nombreux conseils sur son site, et bénéficiez de conseils personnalisés pour votre régime et pour garder la ligne


Avez-vous déjà partagé cet article ?
     Partager sur Facebook Twitter Google+
Thèmes connexes : alimentation maigrir regime
A LIRE AUSSI ...
SUR LES MÊMES THÈMES
VOS REACTIONS